Skip to Main Content

ESIAs and Environmental and Social Audits in West Africa’s Mining Sector: Legal frameworks, tools and good practices

June 30, 2022

Français ci-dessous

The Intergovernmental Forum on Mining, Minerals, Metals and Sustainable Development (IGF) organized a training workshop intended for member countries of the West African Economic and Monetary Union (WAEMU), in collaboration with WAEMU Commission and the Netherlands Commission for Environmental Assessment. The workshop, which focused on environmental and social impact assessments (ESIAs) and environmental and social auditing in the mining sector, gathered about twenty administrators from Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Guinea-Bissau, Niger, Senegal, and Togo.

The overall objective of the workshop was to share experiences on the implementation of regulatory frameworks as well as tools and best practices for ESIAs and environmental and social audits in the mining sector. This also included assisting government agencies of WAEMU member states to better diagnose the strengths and weaknesses of their ESIA and environmental and social audit processes for the mining sector by using the IGF’s Mining ESIA Tool (MET).

The workshop provided an opportunity for participants to discuss challenges they face in conducting audits and monitoring, particularly as monitoring is not generally budgeted for in agreements with mining companies or within the environmental and social management plans (ESMPs).

Participants noted that some mining projects have proceeded to the operational phase without having undergone an ESIA or having established audit execution criteria. This situation poses a major challenge for the authorities in their monitoring and management of mining impacts. Participants explored practical solutions for this type of situation, including requiring an ESIA or the mappingas a condition for the renewal of operating permits.

Another issue mentioned by participants was the lack of involvement of the ministries of mines in environmental monitoring and a lack of coordination between actors. Participants proposed the establishment of national committees to discuss necessary changes to improve collaboration between ministries and other stakeholders involved managing the mining sector. The trainers suggested improving engagement and partnership between government agencies and mining companies.

At the end of the workshop, the highlighted the value of the training which allowed them to share experiences and better understand how to ensure effective management to protect communities and the environment throughout the life cycle of a mine.

The next training workshop organized in partnership with the WAEMU Commission will focus on gender and local content policies.

 

Les EIES et Audits environnementaux et sociaux dans le secteur minier en Afrique de l’Ouest : cadres juridiques, outils et bonnes pratiques

Le Forum Intergouvernemental sur les mines, les minéraux, les métaux et le développement durable (IGF) a organisé en collaboration avec la Commission de l’UEMOA et la Commission Néerlandaise pour l’évaluation environnementale (CNEE), un atelier de formation à l’intention des cadres des pays membres de l’UEMOA. L’atelier qui portait sur les EIES et l’Audit environnemental et social dans le secteur minier a regroupé une vingtaine d’administrateurs Burkina Faso, Cote d’Ivoire, Togo, Guinée Bissau, du Sénégal, du Niger.

L’objectif global de l’atelier était de favoriser un partage d’expériences sur la mise en œuvre des textes règlementaires et outils de bonnes pratiques en matière d’EIES et d’audit environnemental et social dans le secteur minier. Cela incluait également l’accompagnement des administrations publiques des Etats membres de l’UEMOA à mieux diagnostiquer les forces et les faiblesses des leurs processus d’EIES et d’audit environnemental et social pour le secteur minier grâce à l’Outil EIES Mines (MET).

L’atelier a été une opportunité pour les cadres d’échanger sur les défis rencontrés dans le cadre de la réalisation des audits et de la surveillance notamment du fait que la surveillance ne soit généralement pas budgétisée dans les ententes avec les compagnies minières ni dans les résultats des PGES. Les participants ont relevé que certains projets miniers sont passés à la phase d’exploitation sans avoir fait l’objet d’EIES ou de détermination de critères pour la réalisation des audits. Cette situation pose un enjeu majeur pour les autorités dans leur exercice de suivi et de contrôle des impacts des exploitations minières. Les participants ont exploré des pistes de solutions pour ce type de situations y compris l’exigence d’une EIES ou tout au moins une mise à jour de la cartographie des impacts ainsi qu’une stratégie de gestion des risques comme condition au renouvellement des permis pour les exploitations concernées.

Un autre enjeu mentionné par les participants est le manque d’implication des ministères des Mines dans les suivis environnementaux et un manque de coordination entre les acteurs en place. Les participants ont proposé la mise en place de comités nationaux pour discuter des modifications requises afin d’améliorer la collaboration entre ministères et autres parties prenantes impliquées ou impactées par la gestion du secteur minier. Les formateurs ont également proposé l’amélioration de l’engagement et du partenariat entre les agences gouvernementales et les sociétés minières.

À l’issue de l’atelier, les administrations ont réitéré l’utilité de la formation qui leur a permis de partager des expériences utiles et de mieux comprendre comment assurer la mise en œuvre efficace de plans d’atténuation environnementale pour protéger les collectivités et l’environnement tout au long du cycle de vie de la mine.

Le prochain atelier de formation organisé en partenariat avec la Commission de l’UEMOA portera sur le genre et le contenu local.